Renaturation du Petit Rosne

Actualités

Au cours du mois de janvier, la phase de terrassement du site est arrivée à terme. Le profil du nouveau lit du Petit Rosne a été désormais finalisé. Les berges ont été entièrement dessinées et parfois renforcées par un matériau géotextile biodégradable sur les parties plus sensibles à l’érosion. Un substrat spécifique a été déposé en fond lit afin de donner à la rivière une dynamique propre au développement d’un écosystème aquatique et semi-aquatique.
Dans les jours qui viennent, les aménagements périphériques vont être réalisés (cheminements, parking, etc.).
A partir du mois de Mars, les premières plantations vont avoir lieu et le site commencera à se parer des couleurs du printemps.

Depuis le début des travaux en septembre, le chantier de réouverture avance à grands pas. Les grosses opérations d’excavation sont terminées ainsi que le nouveau tracé du Petit Rosne que l’on aperçoit sur la vue aérienne ci-dessous.
En attendant la finalisation de son lit, l’eau du Petit Rosne emprunte toujours l’ancienne canalisation. Toutefois, le canal de jonction entre le cours d’eau et son nouveau lit a déjà été mis en place. C’est par ce biais que le Petit Rosne prendra possession de son  nouveau lit à l’issue des travaux. L’ancienne canalisation continuera de jouer un rôle de récupération des eaux pluviales.
La fin des travaux reste prévue pour le printemps prochain. Il faudra encore un peu de patience avant de pouvoir se promener le long des berges du Petit Rosne, mais le printemps réservera de belles surprises.

L’opération de renaturation du Petit Rosne va débuter le 19 septembre 2022. Suite au curage de la mare aux canards le 22 septembre, le premier coup de pelle sera donné le 7 octobre et la mise en eau est prévue le 24 novembre. Le chantier géré par le SIAH a été décalé de quelques mois mais reste le même : Il s’agit de restaurer un tronçon de 220 mètres de la rivière.
Pour rappel, cette transformation du site répond à plusieurs objectifs : diminution du risque inondation par l’augmentation de la résilience de la rivière, l’amélioration de la qualité écologique du Petit Rosne et bien sûr, l’amélioration du cadre de vie en proposant au public un site naturel paysager.
Comme prévu les accès au complexe sportif et au chemin de balade longeant les bassins de retenue dit « des Bourguignons », en direction de Moisselles sont maintenus pendant toute la durée de l’opération.
La date prévisionnelle de fin de travaux est calée à la mi-avril. Cependant, certains aléas climatiques peuvent retarder la fin du chantier.
Informations : https://www.facebook.com/petit.rosne.ezanville/

Le Petit Rosne, cette petite rivière qui traverse, entre autres, la commune d’Ezanville, s’est vu, très malmené par l’urbanisation intense des dernières décennies. Ce cours d’eau, en effet largement bétonné, voire enterré sur une grande partie de son parcours, a progressivement disparu du paysage.
Cette artificialisation des rivières pose de nombreux problèmes en termes de risques d’inondation d’une part et en termes de qualité écologique d’autre part. A tel point que partout en France depuis peu, des opérations de « renaturation », un terme qui n’existe pas encore dans le dictionnaire, voient le jour avec succès.
De tels projets de restauration de rivière ont déjà été menés par le SIAH, il y a quelques années, sur le même cours d’eau dans sa traversée du centre historique de Sarcelles ou encore plus récemment sur le Croult à Gonesse où 12 hectares de zone d’expansion de crue écologique ont été aménagés. Ces deux espaces, largement plébiscités par les riverains, contribuent quotidiennement à une meilleure qualité du cadre de vie tout en répondant aux problématiques hydrauliques (réduction du risque inondations) et écologiques.
Le tronçon concerné à Ezanville, situé le long du complexe sportif, long de 220m, se verra donc doté d’un tracé sinueux et de berges aménagées. L’actuelle petite mare sera réaménagée en zone humide directement connectée à la rivière. L’ensemble sera compatible avec la présence d’une flore et d’une faune diversifiées et pourra donc être considéré comme un écosystème à part entière.
Le projet préservera les possibilités de circulations douces pour les promeneurs dans la continuité du chemin déjà existant qui longe les deux bassins de retenue et file à travers la plaine agricole à l’aval. De même, les infrastructures existantes seront conservées, comme les places de stationnement par exemple. Finalement, il s’agit de permettre à ce cours d’eau de s’épanouir à ciel ouvert tout en offrant aux promeneurs un espace naturel de bien-être et de fraicheur.
Notons que ce projet est financé par l’Agence de l’Eau Seine Normandie, la Région Ile de France et le Département du Val d’Oise.