Vidéoprotection

L’intercommunalité renforce son dispositif de vidéoprotection

Dans le cadre de son action pour la sécurité et la tranquillité publique, la CCOPF renforce son dispositif de vidéoprotection, avec l’implantation de nouvelles caméras et la mise en service d’un Centre de Supervision Urbain (CSU). Un outil de pointe à disposition des forces de police et de gendarmerie pour compléter l’action locale et développer la coopération partenariale.

 

Une salle de contrôle haute technologie à disposition des forces de l’ordre

Afin d’optimiser son dispositif de vidéoprotection, la CCOPF vient de se doter d’un Centre de Supervision Urbain (CSU). Mis en service le 3 février, ce centre de rapatriement et de visionnage des images, permet de renforcer la coopération partenariale déjà initiée par les communes.

Le CSU fournit par l’image des preuves formelles que les services de police exploitent pour confondre les auteurs de crimes et délits. Deux méthodes sont utilisées par les vidéo opérateurs : la détection immédiate d’une infraction, ou à posteriori, lors de la relecture des images. La formation que les opérateurs ont reçue par le Centre National de la Fonction Publique Territoriale leur permet d’exploiter au mieux les informations recueillies. Le déport des images sur la gendarmerie de Domont permet également de guider les patrouilles en temps réel.

 

 

Le réseau de vidéoprotection se densifie

La CCOPF implantera 55 nouvelles caméras sur son territoire d’ici fin 2015, ce qui portera à 15 le nombre de caméras sur Ezanville. Les nouvelles générations de caméras installées bénéficient toutes d’une qualité haute définition. Déjà 9 d’entre elles ont été déployées ces 6 derniers mois, soit près d’une caméra pour un peu plus de 1000 habitants.

Afin de couvrir la plus grande part du territoire, les caméras sont placées dans les quartiers à forte densité, comme le centre-ville ou le quartier du ru de vaux, à proximité des espaces et établissements publics et aux entrées et sorties du territoire.

Le système de videoprotection intègre un système de floutage empêchant la visualisation des espaces privés. Pour garantir le respect des libertés individuelles, un comité d’éthique verra prochainement le jour. Il est chargé de répondre aux demandes des citoyens concernant le masquage des parties privées et le respect des obligations légales.

 

 

Une délinquance territoriale en constante évolution     

La CCOPF est un territoire périurbain, marqué par une faible densité de population et une part importante de maisons individuelles. De ce fait, l’essentiel des délits commis porte sur des cambriolages et vols de voiture. On constate néanmoins dans certains quartiers la présence de petits trafics de stupéfiants, agressions et actes de violence. L’intercommunalité a fait le choix de renforcer la vidéoprotection sur son territoire afin de repérer les actes délictueux, mais aussi d’anticiper les foyers de délinquance et l’émergence de nouvelles formes de criminalité. La vidéoprotection vise également à garantir la qualité du cadre de vie en agissant sur les actes de dégradation de biens publics, ainsi que les dépôts sauvages et d’encombrants.

 

 

EN SAVOIR PLUS

      Interview d’Alain BOURGEOIS,
      Vice-Président de la CCOPF en charge de la vidéoprotection 

 

 

 

Comment s’organisent et se coordonnent les politiques de sécurité publique au niveau local et intercommunal?

Parce que la délinquance dépasse les frontières communales, nous avons souhaité conduire une politique intercommunale de prévention de la délinquance. Celle-ci est pilotée par le Conseil Intercommunal de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CISPD), composé d’élus, de représentants de l’Etat et de professionnels confrontés aux manifestations de la délinquance (directeurs d’établissements, présidents d’associations,…).

Notre volonté est de mettre en œuvre tous les moyens nécessaires pour garantir la sécurité et la tranquillité des habitants et lutter durablement contre la délinquance et l’insécurité. C’est la coordination de l’action des forces de l’ordre et des outils de prévention qui font le succès de la sécurité publique.

 

 

Quel est le poids de ces investissements pour les villes de l’intercommunalité?

Les investissements réalisés pour la création du CSU et le déploiement de nouvelles caméras sont entièrement portés par l’intercommunalité. Ils s’élèvent à un 1, 073 million d’€ TTC mais sont toutefois subventionnés à hauteur de 80% par le département, la réserve parlementaire du député-Maire de Domont et l’Etat.

Une part important est également prise en charge par le FIPD, un fonds interministériel créé en 2007 pour mettre en œuvre les politiques de sécurité publique dans les territoires exposés à la délinquance.

La CCOPF finance également des actions en faveur de l’insertion professionnelle, de prévention sur le décrochage en milieu scolaire, ou du soutien à la parentalité, ce qui témoigne de l’importance d’une approche globale et intégrée dans le domaine de la prévention.